PLAN DU SITE

Nos JEUX D'AUTREFOIS

LE CARICO  LA TIREBOULETTE LE QUINET LA CARAPUCHE LE CERF VOLANT NOYAUX D'ABRICOTS LES OSSELETS COLIN MAILLARD

 

 LA CORDE A SAUTER LA MARELLE BALLON PRISONNIER LE MOUCHOIR LE TRICOTIN LA TOUPIE BOITE TEL CHICHA LA FAVA

 

TAGOBARAGO OU ?   BOITE A CARBURE

 

        Cette page créée sur la base de nos souvenirs, permettra, on l'espère, à nos enfants

       et petits enfants, de réaliser que, nous aussi, nous avons été des gamins, et qu'avec

        peu de choses, nous avons su fabriquer nos jouets, et "inventer" milles choses

        pour nous amuser....

 

         "a chicha la fava" présentée  par  Richard CARCELES;

                       " Au sujet de "Chicha la Fava", nous dans notre coin rue Eugène Lendrat, le plus "faible" servait

                         de coussin contre le mur, et les perdants du tirage au sort, se baissaient.

                         Les autres sautaient le plus loin possible en criant "CAE PAGUA"!!!!!!

                         Mais il y avait des "soubisses" qui donnaient des coups de pied en arrière, au dernier......

                         Alors tout s'écroulait et cela se terminait par les règlements de compte......"

                                                                                                                                        Souvenirs.....Souvenirs.....

                                                                                                                                                        Richard

                                                                                                                Offert par André GIODA

                                                                                                        Mars  2010

                   

                        Commentaire de Marie Anania Moreno

                        "Ce dessin présenté par André Gioda m'a rappelé de bons souvenirs!!

 

                         Lorsque nous nous réunissions sur la plage ZENATA entre autre, comme c'était généralement les hommes qui y jouaient,

                        nous  les femmes  étions écroulées de rire, surtout lorsque arrivait le tour des " poids lourds" .

                        Dés que ceux-ci s'apprêtaient à sauter, nous criions "bourros flacos"!!!!

                        tout cela dans la joie, la bonne humeur,

                                                                                                                                           Et oui ...souvenirs ...souvenirs.............."

                                                           

 

          Le CARICO - Par Richard CARCELES ,

             " avec Ferrante en 1951, on a gagné la course de Charrette rue d'Audenge en 1951"                             

                   

  Il fallait se procurer les précieux roulements à bille , qui permettaient de fabriquer les CARICOS.

                Les roulements avant étaient fixés sur une barre mobile autour d'un axe vertical, il permettait

                de guider le CARICO.
                Le gouvernail était lui même fixé sur un timon à l'aide d'un gros boulon.

                Enfin, sur le timon était fixé le plateau avec ses deux roues arrières (qui elles étaient fixes ).

            " Nous on appelait cet engin une charrette à roulements .Mais elle avait quatre roues et elle se dirigeait

              avec les pieds,on faisait des courses sur la grande descente de l`école Italienne et avant chaque départ

              le pilote,en principe le plus grand , nous faisait pisser chacun à notre tour sur les roulements pour que ça

             aille plus vite !!!

             Il y avait bien sûr les dérapages et on partait tous dans les choux,pauvres genoux et coudes écorchés ,

             on rentrant à la maison en consolation on avait droit à la "treha" "

                                                                                                                            Jojo Garcia

 

 

 
 

      La TIRE BOULETTE - Par Richard CARCELES et Lucho MONTEALEGRE

              " on tirait les moineaux "

 Pour fabriquer la tire boulettes , il fallait choisir une fourche en bois d'olivier,  le façonner pour lui donner cette forme arrondie.
On gardait l'arrondi par brûlage qui séchait le bois en lui donnant cette robustesse .
Le matériel : l'élastique, du cuir souple et de la ficelle.
"On découpait dans le cuir la poche qui recevait les projectiles.
On découpait également deux bandelettes de cuir que l'on fixait sur les branches de la tire boulette, et sur lesquelles on fixait l'élastique.
Ces bandelettes évitaient le cisaillement de l'élastique quand il était directement fixé sur le bois.

"quand il n'y avait pas le cuir , on tirait les moineaux avec des cavaliers"


                                                           

 

 

 

 

 

 

                La Tire boulettes Souvenirs Souvenirs....Par André Sanchez (né en 1934)

                " A notre époque, nous n'avions pas tous des élastiques carrés.

                    On se débrouillait avec des vieilles chambres à air de camion qu'on découpait en bandes d'environ

                    10/12 m/m de largeur, et de 1 à 2 m/m pour les attaches.
                    Pour le manche, il pouvait être en bois d'olivier ou d'eucalyptus, avec l'angle voulu, sinon

                    on le façonnait en le resserrant et le faisant sécher.

 

                    Faute de bois, on le faisait bricoler en métal, manche torsadé.


                    Pour le cuir, alors là, remontent en mémoire les punitions infligées par nos parents,

                    parce que  nous découpions  la languette  cuir des chaussures (sous les lacets) pour en  faire le "chargeur".

                    Les munitions pour terminer, tout était bon, petits cailloux - petits galets ronds de plage -

                    billes en terre et surtout ce qu'on appelait des "plombs", qui étaient en fait des petits bouts

                    d'acier  de concasseurs qu'on allait resquiller aux Chaux & Ciments."

 

                    



      Le QUINET
; Illustré par Jean Michel RUZE , commentaires de PP Albert RODRIGUEZ et André SANCHEZ

                                     

                   
                           
- Les règles du QUINET étaient assez simples,il fallait à l'aide de la masse (manche)envoyer

                         le Quinet le plus loin possible.

 

                      - Le joueur avait trois essais, s'il ratait,le tour passait à l'adversaire.

                        La masse était l'unité de longueur pour mesurer la distance qui séparait le Quinet de son point de départ

                        à son point de chute .
                        Une fois le Quinet envoyé il fallait taper sur l'un des 2 bouts pour le faire décoller du sol

                        et jongler le plus de fois possible avant de le taper au vol et l'expédier loin.


                       On mesurait à l'aide de la masse la distance du point de chute jusqu'au point de départ et l'on multipliait

                       éventuellement par le nombre de jonglages (ex : 30x3=90).

 

                       La masse était alors reposée sur son socle de départ et l'adversaire avec le Quinet en le lançant devait

                       faire tomber la masse.

                       S'il réussissait c'était lui qui prenait les points mais aussi le tour à jouer.

 

                       La partie se jouait en principe en 500 points.

 

                                    "J'ai vu récemment un reportage sur le Tibet et les enfants jouaient au quinet. "

"Le jeu du Quinet n'est pas d'origine des Roches Noires il est d' origine du centre de la France "

                                                                                                                                                                       

                                                                                                                                                PP Albert


 

                         "Je vous donne, après concertation avec des "pros" les règles du jeu du Quinet telles

                          que nous les pratiquions."

                                                                                                                                               Dédé Sanchez

                          - Deux joueurs ou deux équipes:


                           
Au début du jeu, la batte (50/60 cm)était posée sur deux grosses pierres écartées de la longueur de la batte.

                       Le joueur de l'équipe qui avait gagné l'engagement  (pas à la pièce, mais avec les doigts en faisant 

                       Pair ou Impair) lançait d'une main le Quinet en l'air et le frappait avec la batte de l'autre main

                       pour l'envoyer le plus loin possible.

 

                             Il avait droit à 3 essais;


                           
Si le Quinet était réceptionné par l'équipe adverse, avec les mains, une casquette, un pan de chemise etc...,

                      avant qu'il touche le sol, cette équipe marquait 100 points, et le batteur était éliminé.


                      Si le Quinet atterrissait, les adversaires devaient le lancer en direction du point de départ.

 

                      Si le Quinet lancé touchait une des pierres, ou passait sous la batte posée, ou terminait sa course à moins

                      d'une longueur   de batte du but, le batteur était éliminé.


                      Si le Quinet se situait à plus d'une longueur de batte du but, le batteur le frappait sur une des pointes

                      pour  le faire décoller, tentait de le jongler un maximum de fois avec la batte et le frapper avant

                      qu'il  retombe pour l'envoyer le plus loin  possible,  sans que les adversaires ne le réceptionnent,

                      comme expliqué plus haut  (100 points pour les réceptionneurs).

 

                            Quand le Quinet n'était pas réceptionné, le batteur choisissait un score en prononçant un nombre :

                       par exemple 150, considérant  qu'il avait touché 3 fois le Quinet en le jonglant, il fallait que la distance

                       entre le point de chute et le point de départ soit d'au moins 50 battes, soit 50 x 3, pour que ce score lui

                       soit accordé.

 

                       Si la distance mesurée était, par exemple, de 48 longueurs de batte (48 x 3 soit 144), c'est l'adversaire

                      qui marquait les 150 points.
 


 

            La carapuche illustrée par André GIODA;

                                        "Pour fabriquer un cerf volant pour grand, qui n'a pas commencé par une carapuche ?"



                Le cerf volant  illustré par André SANCHEZ;

          

                Comme le dit Louis NUNEZ,  se souvenir de nos jeux d'enfant est une bonne chose.


            Sur la lancée, après les Charrettes à roulements, le Quinet, la Carapuche,  et pour compléter le message de

            Tony CRISTOBAL, je me suis amusé (eh oui à mon âge !!)à dessiner les différentes formes de cerfs-volants

            que nous fabriquions avec leur nom, (dessins que j'insère ci-dessous).

                   

                 On les confectionnait très souvent avec du papier journal (pendant la guerre le papier coûtait cher).

                    Au centre, d'où sortait le tirant principal, on y collait un renfort en forme de coeur ou de rond.

                 Pour épater nos copains, on pouvait enjoliver nos cerfs-volants par des ailettes.

                 Sur les roseaux découpés un peu plus long (2 ou 3 cm),on y faisait des encoches pour tirer

                 une ficelle qui servait de support aux ailettes.


                 Pour les fabriquer, on pliait du papier en accordéon et on y faisait des coupes en biais

                 de 1 à 1,5 cm.

 

                 Ces ailettes étaient collées aux supports précités tout autour du cerf-volant.


                 Pour donner de la stabilité en vol, on leurs accrochait une queue fabriquée avec des

                 bandes de vieux chiffons.

 

                    "Il fallait toujours en avoir en réserve dans les poches pour éventuellement donner plus de contrepoids

                   en cas de vent trop fort."

                                                            Voilà ce qui était, à l'époque, notre "PLAY STATION".
                                                                                                                                                              Bien amicalement

             Commentaires d' Antoine CRISTOBAL

                 "  Les cerfs volants, nous les faisions avec des roseaux coupés en deux tout le long un bout plus long que l’autre,

                 attachés en forme de croix puis recouvert de papier journal.

                 L’ensemble collé avec de la farine mélangée avec de l’eau.

                 Les tirants étaient fixés a la pelote de corde.

                 De temps en temps la "caputcha "finissait sur les fils électriques longeant les routes.

                 On envoyait soit disant des messages… Un petit carré de papier, un trou au milieu, que l’on glissait

                 le long de la corde ."

 

 

             Commentaires d' Evelyne RODRIGUEZ

                "Vous avez tous réveillé de bons souvenirs, mon père nous fabriquait de beaux cerfs-volants avec le papier

               bleu qui servait  à recouvrir les livres de classe, des roseaux coupés dans le sens de la longueur et il les

               collait  avec de l'eau et de la farine.

               Il faisait une queue avec de vieux chiffons et les faisait voler dans un grand champ qui se trouvait

               derrière notre boulangerie à Aïn Harrouda, qu'est-ce que nous étions heureuses ma soeur et moi !!!

               Quand le cerf-volant tombait et qu'il se déchirait il nous en fabriquait un autre, et voilà nous nous

               contentions de pas  grand chose"

 

       

           Commentaires de Jean Michel RUZE

            A Dédé Sanchez

            "Pour les cerfs-volants, la colle, avec de l'eau et de la farine, fils.

             Si tu voulais que ton cerf volant reste bien stable, il y avait la longueur de la queue, mais également

             le réglage des " tirants " ( les ficelles qui partaient des extrémités et du croisement des roseaux et où

             venait  s'attacher la ficelle de la " pelote ".

             Personnellement, j'aimais bien quand le cerf volant se dandinait légèrement,

           "il suffit que je ferme un peu les yeux et je les vois."
        
 La pelote, tu remplaces la baguette par une règle de l'école, tu mets une ficelle plus fine et poissée, et tu y es !.



 

 

 

 

 

        les noyaux d'abricot présenté par Victor SANTOS;

 

                "Rappelez vous, on jouait aussi beaucoup  avec les noyaux d abricots "

 

                On mettait un bouchon en liége, et ,dessus, une capsule de bière ou autre,on se

                plaçait à environ 1.50 ou 2 mètres, il fallait ensuite réussir à toucher le bouchon en liége, pour que

                la capsule tombe  Face endroit,  pour gagner une dizaine de noyaux.

 

                Il existait d'autres variantes de ce jeu si populaire dans les cours de récré....

 

 

Le petits tas


         
  Il se composait de 3 noyaux assemblés et le 4ième dessus.
            Le "Banquier" (en quelque sorte) mettait en jeux 4 noyaux que l'on pouvait remporter avec un seul
            Le joueur devait à une distance de 3 mètres disloquer le petit tas en lançant le noyau un peu comme à la pétanque.


 

           

 

     les osselets présenté par Jeanine GUINGAND;

 

                         

           

                    Le principe fondamental du jeu est;

 

            -     L'on ne peut toucher les 4 osselets restés parterre que, quand le 5ème se trouve en l'air,

                  et celui-là ne doit pas tomber à terre !

                    JEU DE BASSE

                  On jette les osselets comme les dés ! puis on en prend un et on en laisse 4 à terre

                  Lancer celui en main en l’air et saisir un au sol en rattrapant celui que l’on à lancé

                  (si on rate celui qui est au sol peut importe, on recommence il suffit de rattraper celui qu’on à lancé en l’air !)

                  On pose le 1er osselet pris et on recommence pour les 3 osselets restant.

                   2ème Tour.

                  Même procédé mais on prend les osselets au sol 2 par 2

                  3ème Tour.

                  Même procédé mais on prend les osselets par 3 puis le dernier seul.

                  4éme Tour.

                  Même procédé mais on ramasse les 4 osselets ensembles.

                  Ensuite çà serait très long à écrire mais votre mémoire devrait fonctionner pour vous

                  rappeler comment faire en mettant les osselets

                            Sur le creux   -   Sur le dos  -  Sur le plat   -   Sur le S                   

                   


 
     "  Je me rappelle de parties serrées sous le préau ou on était plutôt à 2 ou à 3 pas plus il y avait pas mal

          de spectatrices qui allaient et venaient suivant les parties les plus intéressante ,qui encourageaient

          leurs favorites ou venaient prendre la place de celle qui perdait ou craquait!!
         Aujourd'hui j'ai toujours sur moi des vrais osselets pris sur le gigot de mouton et j'ai appris à plus d'un

         comment jouer et beaucoup de jeunes ne savaient pas que les osselets n'existaient pas qu'en plastic!!!!! "

 

 
 

      colin maillard présenté par Jeanine GUINGAND;

             Situation :

                                    joueurs: deux ou trois

                                    matériel: un foulard

                                    principe: un joueur qui a les yeux bandés doit toucher un autre joueur .
          Déroulement :

                                    Au début, un joueur se bande les yeux avec un foulard. Les autres joueurs se dispersent.

                                    Le joueur qui a les yeux bandés doit en toucher un autre. Il doit suivre les bruits qu’il entend.

                                    Les autres joueurs doivent faire des bruits pour l’aider à les trouver .

                                    Quand il a trouvé un joueur, il doit dire son nom.

                                    S’il réussit, ce sera au tour du joueur démasqué de se faire bander les yeux .

                                    Ce jeu n’a pas de limite de temps, ni de vainqueur .


      
      " Au Colin Maillard, il valait mieux  être entre copines car on pouvait souvent se crêper le chignon!"



                

 

 

 

            la corde a sauter présenté par Jeanine GUINGAND;

 

                                                                           

 

            "On  y jouait plutôt en hiver  pour se réchauffer et si je me défendais pas mal j'ai le souvenir de certaines

                copines qui arrivaient à tenir bien longtemps , en particulier une marocaine assez costaude

                avec les deux  cordes c'était bien plus dur et si beau!"  

 

 

 

 

     la marelle présenté par Jeanine GUINGAND;

 

          Matériel: craies (ou baton) - caillou (ou petite boîte)
 

            Pour jouer à la marelle il faut dessiner une marelle par terre avec une craie, ou la tracer avec un baton sur du sable.
                                                                                 Un exemple de marelle

           

           Ensuite il faut lancer le caillou ou la boîte dans la première case puis sauter sur un pied

           dans les autres cases jusqu'en haut et ramasser le caillou au retour.
           Si le caillou va dans ENFER on passe son tour.
           On ne doit jamais marcher sur les traits ni poser les deux pieds sauf sur les doubles cases (4 et 5 et 7 et 8).
           Une fois revenu sur "TERRE" on lance le caillou dans la case numéro 2 et ainsi de suite.

           Il existe une variante dans laquelle au lieu de ramasser le caillou on doit le pousser du pied pour

           le ramener sur la terre.

 

 

        "    De même pour le jeu de la marelle nous étions en groupe plus ou moins soudées!
             Les plus jeunes ne se mêlaient pas au plus grandes!
            Il y avait facilement des concours entre les plus costaudes mais ce qui en ressort c'est que l'on

            ne s'ennuyaient pas et avec peu de chose nous étions heureux et devoir refaire toujours les mêmes jeux

           ne nous désespéraient pas!! "

 

 

 

            le ballon prisonnier présenté par Jeanine GUINGAND;

 

          Deux équipes et un ballon pour faire le plus grand nombre de prisonniers !

 

        Préparation du terrain et des équipes   

 

                       - Délimiter un terrain avec une frontière au milieu pour séparer les deux camps.
                    - Tracer deux rectangles au fond de chaque camp. Ils seront réservés aux prisonniers (v. schéma ci-joint).
                    - Constituer deux équipes
                    - Chaque équipe se place dans un camp.

 

        Règles du jeu

 

        Le but est de toucher avec le ballon l'un des joueurs de l'équipe adverse.
        Lorsqu'un membre d'une équipe est touché, il doit aller se placer derrière le camp de ses adversaires,

        dans le rectangle des prisonniers.

        Il peut alors aider son équipe en essayant de toucher les adversaires quand le ballon vient jusqu'à lui.
        Un prisonnier ne peut regagner son camp que s'il touche un adversaire.

        Le but du jeu est bien sûr d'emprisonner tous les joueurs de l'équipe adverse

 

        Attention : Si un joueur rattrape le ballon sans le faire tomber ou après un rebond, il n'est pas fait prisonnier.

 

 

 

 

 

            le mouchoir présenté par  Josette Del Castillo ;

 

            Les enfants se disposent en cercle, assis au sol, tournés vers l'intérieur du cercle. L'un d'eux, muni d'un mouchoir,

            court autour du groupe et lâche ce mouchoir derrière l'un de ses partenaires.

            Les participants n'ont pas le droit de regarder derrière eux avant que le coureur ne les dépasse.

            Un enfant qui s'aperçoit qu'il a reçu le mouchoir doit le prendre, se lever et rattraper le coureur

            avant qu'il ne regagne sa place.

            Si le coureur parvient à faire le tour et à s'asseoir à la place devenue libre, l'autre enfant devient le coureur.

            Sinon il reste coureur.

             "Évidemment, le plus amusant pour le coureur est de parvenir à faire le tour complet  et à rejoindre

            l'étourdi qui a oublié de regarder derrière son dos"

 

                                                                 

 

            "Mais on jouait aussi à une ronde "LE FERMIER DANS SON PRÉ" et le fermier prenait sa femme puis

             son enfant puis la souris puis le fromage, pauvre fromage, il était battu !!

            On avait aussi
1 . 2 . 3 . SOLEIL. On se retournait et si on voyait un joueur bouger on le renvoyait au fond

            On avait aussi "
MERE VEUX-TU?" on demandait combien de pas et le joueur faisait autant de pas

            que 'la mère" lui disait
                                                                                                                                                                               
Josette
 

 

 

           

            le TRICOTIN présenté par  Michel BENTITOU ;

 

            "Qui se souvient du "Tricotin" ? On employait un morceau de bambou que l'on taillait sur le haut et

              ensuite avec de la laine en construisait des chapelets de laine de toutes les couleurs."

 

           

           Le tricotin moderne

 

 

           

                la toupie présentée  par  Michel BENTITOU ;

 

                "Te souviens-tu en récré ou dehors,lorsque c'était la saison , on jouait à la toupie !

                  Aprés avoir acquit cette fameuse toupie,il fallait commencer par scier la tête,ensuite il fallait extraire

                  la pointe et nous en fabriquions une à notre façon ,que nous installions de façon à casser celle qui était

                  à terre."

                                         

 

 

       La boite "TÉLÉPHONE" présentée  par  Jojo GARCIA ;

            "Avec deux boites de cirages vides et une grande ficelle très fine ,on passait chaque extrémité dans le fond

            de la boite par un trou central fait avec un clou.

            On faisait un noeud et on remettait les deux couvercles qui était percés de plusieurs petits trous.

            Et l'on se téléphonait d une terrasse à l 'autre sans qu`il y ait un seul parasite"

            Réalisation du téléphone en images

                   1        2       3       4

                   "Pour utiliser le téléphone il suffit de parler dans la boîte de conserve pendant que l'autre personne

                    pose l'autre boîte sur son oreille pour écouter. 

                    Les vibrations émises par la voix voyagent le long de la ficelle et sont restituées dans la boîte de conserve

                   qui joue le rôle de caisse de résonance. "

   

 

          "TAGOBARAGO ou cache cache la boite"

           Présenté  par  Victor SANTOS, Aline ESTERINI, Georges SARAMAGO et Jean Claude PARISET;

 

                            Règle du jeu : Par JC Pariset

 

                1) Certains des joueurs  vont se cacher
                2) une boite placée dans un cercle , et un "chercheur" chargé de trouver ceux partis se cacher;

                                  jusque là il n'y a rien de différent avec le jeu de cache-cache classique .


               
A quoi servait la boite ?

                 Elle permettait de délivrer les prisonniers.

                L'objectif c'était de sortir de sa cachette et de courir jusqu'à la boite pour la lancer le plus loin possible

                afin de permettre aux prisonniers de repartir se cacher, le''chercheur'' ayant l'obligation de récupérer

                la boite et de la remettre à sa place avant de repartir à la recherche.

                Il fallait être téméraire et ne pas se faire prendre, car si la boite ne partait pas assez loin,

                 le ''chercheur'' pouvait donc avoir le temps de de la remettre en place et d'attraper le ''délivreur''

                qui prenait du coup le place du ''chercheur''.

                Ce jeu pouvait durer plusieurs heures car le ''chercheur'' n'osait pas trop s'éloignait de la boite

                ce qui bloquait un peu la situation

               

 

                Commentaires de Victor Santos : "je me souvient d un jeu,qui se pratiquait de 5 a plusieurs;

                                ont faisaient des trous, les uns a cotes des autres, de la taille d'une balle de tennis

                                puis un trait de lance de balle à 7 ou 10 metres de distance.

                                La balle devait pouvoir entrer dans le trou, et  chacun avait le sien,

                                puis il fallait  prendre la balle et la lancer dans le trou ,puis ainsi de suite jusqu a 5 fautes (ratés)

                                celui qui perdait  devait mettre sa main contre le mur et à tour de rôle les autres lui tapaient

                                sur  la main avec la balle à10 m le lancé ,aie aie aie....."

 

Commentaires de Aline Esterini:  " Juste un petit mot pour répondre à Victor Santos

                    le jeu de la balle, il me semble que cela s'appelait "tagobarago" cache cache la boite

                    je dis bien il me semble "

 

Commentaires de Georges Saramago : "Je pense que le jeu, c' était à la balle fumée "

                                                                                                                                Que de bons souvenirs....

 



Commentaires de Jean Michel Ruzé :    "J 'ai pas mal joué au jeu que tu dis, et comme nous

                   étions très gentils et plein de compassion pour celui qui perdait, nous choisissions 

                   de préférence un mur revêtu d'un enduit bien rustique, genre " tyrolienne "

                   et comme tu dis, AÏe aÏe aïe.........

                   Mais finalement ça obligeait à s'appliquer pour ne pas manquer les creux dans le sol,

                   et c'était excellent pour l'adresse de ceux qui n'avaient pas perdu.

                   Un dernier petit détail, la balle, il fallait qu\'elle soit bien dure !
                                                                                                                        Nitendo ! qué Nitendo ?"

 

 

 

 

 " la boite a carbure" présenté  par  André SANCHEZ;

 

Pour le jeu de "LA BOÎTE A CARBURE", c'est avec plaisir que je redonne la règle.

 

Il nous fallait :

- Une boite métallique ronde, complètement ouverte d'un côté genre Lait Nestlé - Moutchachou ou autre) dans laquelle on faisait un petit trou dans le fond à l'aide d'un clou.
- Du carbure, que nous trouvions dans le champ qui jouxtait les Ateliers GUINGAND, ou que l'on se procurait à la resquille par un ouvrier... (pardon Jeanine).
- Une baguette (roseau éventuellement) de 30/40 cm.
- Des allumettes.
- Du liquide (de l'eau, ou à défaut salive ou...pipi)

 



Nous faisions un trou de la circonférence de la boite, on y mettait le carbure que l'on mouillait et on posait très rapidement la boite dessus, en prenant soin de boucher le petit trou avec un doigt, et de l'autre main on entourait le bas avec de la terre pour faire étanchéité.
Le carbure dégageait un gaz explosif comprimé qui détonnait à la présentation d'une allumette enflammée, fixée au bout de la baguette, devant le petit trou duquel on avait pris soin d'enlever le doigt, bien sûr. La détonation faisait sauter la boite verticalement à une hauteur qui était fonction du volume de la boite et du carbure employé (3 à 6 m approximativement).

 


I"l faut dire que c'était un jeu quelque peu dangereux, que l'on pratiquait à l'insu de nos parents."

 


 



 

Retour haut de page